Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Dimanche 16 février sur France 5, l’Algérie de Kamel Daoud

Dimanche 16 février sur France 5, l’Algérie de Kamel Daoud

samedi 15 février 2020, par Michel Berthelemy , Christian Travers

Version imprimable de cet article Version imprimable

Télérama, dans son n° du 15 au 21 février, publie une longue interview de Kamel Daoud, à propos du documentaire qu’il a co-écrit avec Jean-Marc Giri, diffusé dimanche 16 février à 22h40 sur France 5.

Tourné au printemps 2019, le film ne peut naturellement pas traiter les événements qui se sont produits depuis cette période. Mais il situe avec beaucoup d’acuité l’irruption du mouvement dans le temps long de l’histoire algérienne. Kamel Daoud suit cette évolution, la regarde et l’analyse dans ses différents aspects. «  Nous sommes les petits-enfants du Parti unique, qui parlait et décidait à notre place, qui racontait l’histoire du pays à notre place (…) nous devons nous tourner vers la ruralité, faire du porte-à-porte dans les villages (…) l’Algérien a été dépolitisé (…) nous devons redécouvrir notre pays, l’accepter dans sa pluralité.  »

Ces déclarations de Kamel Daoud sont dans la veine de son discours inaugural prononcé lors du récent Maghreb des Livres à Paris, où il regrettait en substance que les autorités au pouvoir aient été depuis des décennies tournées davantage vers le passé que préoccupées par le présent et surtout l’avenir. «  On a privilégié le souvenir au devenir  », a-t-il affirmé. On en voit aujourd’hui le résultat.

L’Algérie de Kamel Daoud, documentaire Kamel Daoud et Jean-Marc Giri : dimanche 16 février à 22h40 sur France 5.

En PJ : la présentation de l’émission, et l’interview intégrale de Kamel Daoud



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.