Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Projets que nous finançons > Des nouvelles du centre El Amel

Des nouvelles du centre El Amel

mercredi 8 janvier 2020, par Anne Doussin

Version imprimable de cet article Version imprimable

Voici quelques nouvelles 2019 du centre El Amel dont la 4acg soutient les projets, et dont nous vous avons déjà parlé dans des articles précédents.

D’abord une présentation rapide…

Le Centre El Amel a été créé en 1994 à Mascara, au tout début des années noires, dans les locaux transformés de l’Église.
Le but général du Centre, c’est «  vivre ensemble, dans la fraternité et le respect par-delà nos appartenances nationales, politiques, religieuses  ». Pour ce faire, rien ne vaut d’avoir un projet commun, un travail à faire ensemble, et ce travail, c’est répondre à des besoins de l’environnement, des jeunes et de femmes, en particulier en leur offrant un service de qualité : formations, enseignement, mise à disposition de livres et de revues, culture, soins, action sociale d’urgence, ateliers de couture et cuisine, sport.
Le responsable du centre, Raymond Gonnet, prêtre, travaille avec trois religieuses .
Cette équipe de quatre collabore étroitement avec une vingtaine d’autres personnes animant les différentes activités. La plupart y participant depuis plus de 15 ans, le Centre est devenu leur Centre.
Toutes les personnes qui travaillent dans le Centre sont salariées ou en auto-entrepreneures.

Les activités actuelles

  • La Bibliothèque et ses différentes sections :
    Elle répond à une forte demande de la part d’étudiants et de professeurs d’agronomie, en particulier grâce à des abonnements à des revues spécialisées. Depuis peu, elle est aussi ouverte aux lycéens.
    Un « café littéraire » et des conférences sur des sujets littéraires, mais aussi sur l’écologie, la médecine, l’éducation permettent de beaux échanges et la rendent particulièrement vivante.
    A cela s’ajoutent des cours de soutien scolaire, du primaire au secondaire, organisés avec l’aide de professeurs et des cours de français et d’anglais pour adultes, adaptés à trois niveaux.
  • Activités pour les femmes :
    Depuis 1994, il a fallu évoluer. Si la couture et l’atelier cuisine-pâtisserie continuent de fonctionner, sont organisés aussi une activité d’initiation à l’informatique, des cours d’aérobic et de yoga, ceci à la demande des femmes. Nous avons commencé avec les moyens du bord, mais il a fallu investir sérieusement. Il a donc fallu acheter un tatami de 64 m2 ! Cent vingt femmes fréquentent les séances, à raison de trois fois une heure par semaine. Et le samedi, c’est une quarantaine de filles qui font de la gymnastique. Trois fois par semaine sont organisées des séances de yoga, et les enfants autistes sont accueillis aussi certaines matinées.

Une salle a été équipée avec du matériel : deux tapis roulants, un vélo de salle, un vélo articulé, un appareil pour les abdominaux des ballons, haltères, extenseurs, etc.

Ce développement semble aller dans le sens de l’actualité en Algérie, où les femmes prennent une place importante dans la société et sont à la recherche de liberté et d’émancipation.

Les monitrices perçoivent une petite rémunération qui est un appoint financier pour les familles.

  • Mini-dispensaire : Service social et de soins aux habitants du quartier.
    Tous les matins, Sœur Luçy, infirmière, assure une permanence au mini-dispensaire. Elle reçoit principalement des personnes âgées du quartier qui viennent pour faire vérifier leur tension artérielle, leur taux de glycémie, pour des piqûres ou autres soins. Elle assure aussi les soins à domicile quand nécessaire. Ce service gratuit, discret, est riche de relation humaine !

Nous collaborons aussi avec une association qui prend en charge les femmes séropositives et leur donne une formation, en mettant une salle à leur disposition.

Ceci est complété par une action sociale d’urgence : lingerie, aide ponctuelle, fourniture de médicaments pour les soins aux malades en grande précarité.

Bénéficier et participer :

Les bénéficiaires adhérent à l’association, l’équipe tient à ce que les gens paient pour leur formation et leurs activités, même si de nombreuses réductions partielles ou totales, avec facilités de paiement, leur sont faites.
Ainsi, en fonction des ressources, une participation financière est demandée aux femmes de l’atelier couture, ainsi que pour les cours de yoga et d’aérobic. Une adhésion permet d’avoir accès à la bibliothèque.
Bien sûr, au dispensaire les soins sont gratuits.

L’atelier couture et la bibliothèque sont animés par des personnes de Mascara, qui ont reçu des formations. Ceci représente un complément de salaire bienvenu pour les familles des animateurs.

Et sans oublier la fête, une autre façon de créer des liens  :

Le 21 décembre 2019, une petite fête a été organisée, avec la venue d’un clown, rassemblant les enfants du sport et ceux du centre de loisirs. C’était, dans une ambiance chaleureuse, un moment partagé de rires et de joie.

El Amel Fête des enfants 21 décembre 2019

Portfolio