Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Après les lycéens, des parents refusent pour leur enfant la conscription (...)

Après les lycéens, des parents refusent pour leur enfant la conscription obligatoire dans l’armée israélienne

mardi 26 janvier 2021, par Michel Berthelemy

Version imprimable de cet article Version imprimable

Le 14 janvier dernier, nous avons publié la lettre d’une soixantaine de lycéens et lycéennes expliquant pourquoi ils refusent leur conscription obligatoire dans l’armée israélienne. C’est au tour de parents de faire la même démarche pour leurs enfants. Dans une lettre datée du 8 janvier, adressée aux autorités israéliennes, les parents de Yair expliquent leur décision.

« Nous, soussignés – Dori et Sivan Tal – refusons d’envoyer notre fils Yair Tal servir dans l’armée israélienne. Notre refus est dû à des raisons de conscience, comme cela sera détaillé ci-dessous.
Il est communément admis que la décision de refuser de s’enrôler dans l’armée israélienne est une décision politique. Nous sommes d’accord avec cette déclaration. En outre, la conclusion logique est que la décision de s’enrôler dans l’armée israélienne est également une décision politique. Il est également communément soutenu que 18 ans est un âge trop jeune pour une décision politique de cette importance. Ici, nous intervenons en tant que parents et revendiquons la responsabilité des décisions politiques de notre jeune fils, et notre décision est NON !

Des opérations ne répondant à aucune norme morale

Nous sommes certains que les opérations de l’armée à Gaza et en Cisjordanie sont des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. Ils nuisent gravement à la population locale et constituent une violation flagrante des droits de l’homme et ne répondent à aucune norme morale.
De plus, ils nuisent également aux chances de coexistence future entre Israéliens et Palestiniens. Au-delà du préjudice grave causé à la population palestinienne, ces opérations ont également blessé les soldats – du moins ceux dont le cœur n’est pas scellé à la souffrance d’autres êtres humains et sont forcés de causer des souffrances et des injustices.
Même les autres opérations de l’armée israélienne qui ne traitent pas directement de l’occupation et du contrôle des Palestiniens, concernent principalement la lutte contre les forces qui résistent à l’occupation israélienne.
Dans le climat politique actuel où le Premier ministre est accusé en justice pour des crimes, et où ses actions sont motivées uniquement par ses considérations personnelles, il y a une grave préoccupation que l’armée israélienne soit appelée à mener des opérations militaires inutiles afin d’aggraver les conflits régionaux, en prenant des vies humaines des deux côtés.
Dans ces conditions, nous refusons que notre fils soit utilisé comme pion par un système destiné à préserver les conflits et les dangers pour les intérêts politiques.
Étant donné que la décision de s’enrôler ou de refuser l’enrôlement dans l’armée israélienne est une décision politique, il est crucial d’en connaître le contexte, les faits historiques, la réalité politique et les différents points de vue sur le sujet – afin de formuler une position politique pour une décision. Malheureusement, l’éducation formelle que notre fils reçoit, comme tous les adolescents du système éducatif israélien, ne répond à aucun critère d’éducation civique responsable. En fait, notre fils a été poussé et encouragé à s’engager volontairement dans l’armée israélienne à chaque étape du processus. Dans les écoles, l’histoire du pays n’est pas racontée avec vérité, et au lieu de cela, seul un récit déformé est construit au fil des ans pour peindre une réalité imaginaire d’un État pacifique persécuté par des malfaiteurs cherchant à le détruire.

Nettoyage ethnique

Pendant que le pays lui-même procède à un nettoyage ethnique afin de contrôler la terre, il persécute de manière anti-démocratique et inhumaine les opposants à l’occupation et cherche à exclure et à expulser les autochtones de ce pays – le peuple palestinien.
Notre fils ne fera pas partie des conquêtes du gouvernement d’extrême droite contrôlant le pays. Nous ne le laisserons pas mourir pour l’occupation de la terre et pour avoir causé la souffrance d’autrui. C’est un objectif méprisable pour lequel mourir.
Yair n’est pas religieux et ne souffre pas de problèmes mentaux ou d’autres choses qui lui auraient accordé une exemption. Il est en bonne santé dans son corps et dans son esprit et nous souhaitons qu’il le reste. Nous l’avons élevé avec amour, l’avons protégé, soutenu et éduqué pendant 18 ans aux valeurs universelles auxquelles nous croyons. Servir dans l’armée israélienne est en contradiction absolue avec ces valeurs.
Yair n’est pas la propriété de l’État, et l’État n’a pas le droit moral de le recruter de force dans une organisation qui viole systématiquement les conventions internationales des droits de l’homme. Nous pensons qu’il est de notre devoir moral de nous opposer à son enrôlement dans l’armée israélienne. C’est notre responsabilité en tant que parents. De plus, nous ne reconnaissons pas le « comité de conscience » de l’armée israélienne comme autorité pour juger ces questions de conscience et de moralité concernant l’enrôlement et le refus. Notre conscience est claire et nous ne demandons pas la validation et l’approbation de l’armée.
L’armée israélienne reconnaît le droit des parents d’un enfant unique de refuser son enrôlement dans des unités de combat, ou dans le cas de familles endeuillées, mais nous revendiquons notre droit de refuser l’enrôlement de tous nos enfants. Nous ne « donnons pas notre premier enfant gratuitement ».
Pour les raisons que nous avons détaillées ci-dessus, nous revendiquons notre droit et notre devoir de protéger tous nos enfants, de l’aîné au plus jeune.
Tout comme nous avons une responsabilité envers notre fils dans le contexte d’un comportement criminel, nous avons également une responsabilité envers ses actes dans le contexte militaire. Nous ne nous débarrasserions pas de nos responsabilités si notre fils commettait un crime comme le vol ou la violence physique dans le monde civique. Cette responsabilité ne diminue pas si les crimes sont commis en uniforme. Le soutien politique des crimes quotidiens commis par l’armée israélienne ne les justifie ni ne les excuse – bien au contraire. Notre responsabilité en tant que parents est de dire STOP. Enrôlement dans l’armée israélienne – pas sous notre contrôle ! « 

Lettre publiée sur le site Europalestine, et transmise par notre amie Geneviève Coudrais
Source : https://www.facebook.com/sivan.tal1/posts/10218338932800716

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.