Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Interventions dans les écoles > A Montfaucon sur Moine (49), rencontre avec des collégiens

A Montfaucon sur Moine (49), rencontre avec des collégiens

mercredi 18 mai 2022, par Anne Doussin , Elie Charrier

Version imprimable de cet article Version imprimable

JPEG

Le 31 mars 2022, nous sommes allés à la rencontre des Collégiens à Montfaucon sur Moine (49)

Bien « regonflés » après l’AG de Vichy, et pour enchaîner sur ce que nous considérons comme notre mission essentielle, nous nous retrouvons, en cet après-midi du 31 mars au Collège Le Pont de Moine, devant environ 70 élèves, soit trois classes de troisième.

Ces élèves ont mené un travail sur la colonisation et la guerre d’Algérie, avec Cécile en Histoire et Sandrine en français, nos deux référentes, donc des jeunes préparés et motivés.

Nous disposons de deux heures en ce début d’après-midi, pour ce moment de partage. En l’absence de Cécile, confinée pour cause de Covid, c’est Sandrine qui nous accueille. Quelques enseignants du collège, en fonction de leur disponibilité, viendront nous accompagner au cours de notre intervention.

Nous sommes quatre : Bernard, Gilles, Michel, Elie, toujours un peu inquiets lorsqu’il s’agit de témoigner devant des jeunes élèves collégiens. Inquiétude vite dissipée, par leur écoute silencieuse, leur attention soutenue, remarquée (avec un peu de surprise) par Sandrine. Oui, ces jeunes, tout comme leurs « aînés » lycéens, ont envie de compléter leur savoir scolaire, grâce aux témoignages de ceux qui ont vécu cette période dramatique quand ils avaient 20 ans.

Nous développons notre trame d’intervention habituelle et bien rodée désormais, faisant en sorte de dégager suffisamment de temps pour la phase des échanges avec les élèves, lesquels s’avèrent nombreux et intéressants. Le témoignage de Michel, jeune « pied noir » de 12 ans quand il quitta l’Algérie en 1961, apporte un éclairage sur ce qu’était ce peuple français « pied noir » à cette époque ; en faisant bien la distinction entre la majorité de condition modeste et pas forcément hostile ni raciste à l’égard des Algériens et la minorité de colons arc-boutée sur une Algérie française et prête à tous les excès pour cela.

Des questions des élèves portant sur la vie des appelés en Algérie dans leur quotidien : « Avez-vous tué des gens ? » ou bien sur le présent : « Êtes-vous retournés en Algérie ? » « Quel accueil avez-vous reçu ? ». Nous sentons chez eux (elles) une envie d’en savoir plus et cette pudeur qui les retient parfois de s’exprimer pleinement. Mais, au final, un bilan positif de ce temps d’échanges, apprécié de tous (toutes).

Deux heures denses qui passent vite, trop vite, dont le contenu nous conforte dans le bien-fondé de ces démarches de témoignages auprès de ces jeunes.

Quelques expressions recueillies par les enseignants, postérieurement à notre intervention :
« C’était émouvant d’entendre Gilles témoigner de ses trois premiers jours en Algérie »
« Très intéressant et enrichissant de les entendre en direct »
« D’avoir accès à des points de vue différents sur un même conflit »
« Connaître le vécu de ses proches et avoir envie de leur poser des questions »

Elie Charrier

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.